Ou acheter des produits moins cher?

Ou acheter des produits moins cher?

le 25 AVRIL 2020 – 11 Heures 22 Mn

plateforme grossistes

Marges dégagées dans les rayons alimentaires

Le deuxième rapport de l’Observatoire des prix et des marges décortique précisément la formation des prix dans les cinq rayons alimentaires (boucherie, charcuterie, volaille, produits laitiers et fruits et légumes frais) en distinguant les marges brutes et nettes réalisées. Ce qui permet de connaitre non seulement la différence entre prix d’achat et prix de vente, mais aussi quels sont les coûts des enseignes (salaires, frais de centrale, loyers, etc.).

Les résultats sont variables d’un rayon à l’autre. Sur 100 euros de chiffre d’affaires, la distribution reverse à ses fournisseurs entre 69,40 euros (pour la charcuterie) et 76,60 euros (pour les produits laitiers). Soit une marge brute comprise entre 23,40 et 30,60 euros. Avec cette somme, les hypers et supers payent leur personnel (4 à 10,40 euros selon le service rendu : service à la coupe ou libre service) et toutes autres charges. Au bout du compte, la marge nette moyenne est de 1,90 euros. Négative pour la boucherie (-1,90 euros), légèrement positive (+0,60 euros) pour les fruits et légumes et (+1,90 euros) pour les produits laitiers, et beaucoup plus confortable pour les rayons charcuterie (5,10 euros) et volaille (5,90 euros).

Le rapport – malgré un effort de transparence évident – comporte cependant au moins deux biais importants : d’une part, la méthode de répartition des frais utilisée par les enseignes n’est pas connue, d’autre part l’étude porte non sur des produits ou familles de produits, mais sur des rayons entiers.

grossistes annonce2

Organisation de la grande distribution

Clientèle visée et assortiment offert

La Grande Distribution s’adresse essentiellement au consommateur final en lui présentant une offre :

généraliste : l’assortiment vise à satisfaire de façon plus ou moins étendue, en fonction de la surface de vente disponible, via un assortiment plus ou moins large et profond l’ensemble des besoins plus pertinents des ménages consommateurs en provenance de la zone de chalandise. Le nombre des articles offerts peut être compris dans une fourchette allant de plusieurs centaines à plusieurs dizaines de milliers de conditionnements/présentations (ex. : Hypermarché généraliste de l’enseigne E.Leclerc ou Carrefour).
spécialisé : L’assortiment, également plus ou moins large et profond mais cible une ou quelques familles de produits, dans le but de satisfaire des besoins spécifiques.(ex. : Magasin Décathlon orienté vers l’univers « Sports et Loisirs » ou Ikéa orienté vers l’univers « Aménagement-Décoration de la maison »).

Les surfaces de vente dédiées spécifiquement aux professionnels sont réputées faire partie du secteur de la Distribution professionnelle (ex. : l’enseigne Métro).

Organisation adaptée à l’assortiment et aux surfaces de vente

Selon Libre Service Actualités, périodique professionnel (français) de référence, la « grande distribution » est censée regrouper :

en fonction de la surface de vente des lieux de vente tels que : hypermarchés, supermarchés, supérettes, discounters (ex. : hard-discount), magasins populaires[C’est-à-dire ?], grands magasins, centres commerciaux)
en fonction de l’assortiment des surfaces de vente répertoriées comme : grandes surfaces spécialisées (GSS), grandes surfaces alimentaires (GSA), ou encore grandes surfaces de bricolage (GSB).

Organisation pour assurer la logistique et les services

Quels que soient les liens juridiques ou économiques unissant les points de vente : intégrés, coopératifs, franchisés ou indépendants associés, ils constituent aussi la base d’une intégration verticale pouvant couvrir différentes fonctions :

Fonctions de référencement et d’achat en gros
Fonctions logistique d’approvisionnement et de stockage
Fonctions de production de biens et/ou partage de services supports
Services bancaires et financiers
Services comptables
Système d’information et informatique
Services après-vente

Structuration par groupes et enseignes

Entreprises_Distributeurs_americains_achat_bas_prix

Voici le graphique illustrant le chiffre d’affaires de différents distributeurs aux États-Unis en 2006.

Ces organisations sont intégrées horizontalement et disposent d’une enseigne, afin de bénéficier d’une communication et d’une image de marque commune à tous les commerces qui le composent.

Les magasins faisant partie d’un même groupe peuvent être liés par des liens juridiques et économiques divers : Points de vente intégrés, Points de vente coopératifs ou Points de vente franchisés, Association de magasins indépendants (ayant ou n’ayant une position dite ducroire vis-à-vis des tiers).

En France

Le développement des implantations, la concurrence économique au sein du secteur est -en 2007- selon les principaux économistes6- sont fortement encadrés, sinon limités par les multiples lois et règlementations (loi Royer, Commission nationale d’équipement commercial, CDUC, loi Galland, …).

Pour les uns, cette réglementation se justifie par le fait qu’elle protège le commerce de proximité ou les producteurs face à une emprise trop forte de la grande distribution.
Pour d’autres, elle handicape le pouvoir d’achat car elle aboutit dans la pratique à « tempérer » la concurrence en réduisant le nombre des distributeurs -voire en instaurant un numerus clausus- pouvant exercer une activité commerciale sur le périmètre d’une zone de chalandise déterminée7.

acheter a petit prix sur le net

En Europe

Chiffre d’affaires en milliards d’euros des principales sociétés de grande distribution en Europe

Pays 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Carrefour France 73,1 78 76,8 78,9 81,4 82 87,4 99,3 86,9 85,9 89,32 81,27 76,3 74,3
Tesco Grande-Bretagne 26,8 39,8 41,6 49,2 53,8 60,6 62,6 65,9 68,2 72,9 77,3 75,9 76,1
Metro AG Allemagne 46,9 49,5 51,5 53,6 56,4 55,7 59,9 65,9
Rewe Allemagne 34,6 37,5 37,4 39,2 40,8 41,7 43,5 45,1
Auchan France 30,8 35,2 37,5 38.1 39,1 40,4 42,1 44,2 42,5 44,4
Edeka Allemagne 31,2 31,1 30,5 31,5 31,6 38,0 39,2 37,8
Lidl Allemagne 12,3 20,8 21,3 34,9 38,9 43
Aldi Allemagne 31,1 32 33,6 35,3 36,4
Intermarché France 36,3 37,2 38,4 38,4 38 30,3 31,5 32,7 34,8 34 35 37
E.Leclerc France 23,8 25,1 26 27,2 28,4 28,5 29,4 30,3 37,8
Tengelmann Allemagne 27,6 28,5 28,5 26,8 26,3 25,7 18,5 19,7
Sainsbury’s Grande-Bretagne 30,1 28,5 26,7 27,2 24,9 24,7 25,8
Casino Guichard Perrachon France 19,1 22 22,89 23 23,2 22,8 22,5 24,9
Ahold Pays-Bas 52,2 66,6 72,7 56,1 44,6 44,5 44,9 24,9
Delhaize Group Belgique 18,2 21,4 20,7 18,5 17,8 18,6 19,2 19,0
Morrisson WM Supermarket Grande-Bretagne 19,3 18,4 18,3
Système U France 10,5 11,7 12,7 13,8 14,7 15,1 15,6 16,8
Karstadt Allemagne 15,2 15,9 15,8 13,5 15,7 15,5
Migros Suisse 12,9 13,6 13,7 13,9 13,1 13,1 12,6 14,2
Coop Suisse 14,7
Marks & Spencer Grande-Bretagne 12,2 12,3 11,6 12,8 11,9 11,5
Groupe Louis Delhaize Belgique 9,3 11,0

Encadrement légal

La distribution alimentaire nécessite des installations et des procédures spécifiques le plus souvent encadrées par des lois et est contrôlée par l’administration et des agences publiques.

Par exemple, en France, les réglementations sanitaires et vétérinaires encadrent depuis toujours la production, la distribution et l’évacuation des déchets alimentaires (boucherie, charcuterie…). L’Afssa, agence publique française dépendante de la Direction des services vétérinaires du Ministère de l’agriculture, est chargée d’évaluer ce risque sur le territoire. Sans être chargée des médicaments qui relèvent du ministère de la Santé, elle est l’équivalent de la Food and Drug Administration américaine.

plateforme grossistes

recherche_produits_pas_cher

Risques liés aux stockages et aux installations

Les installations frigorifiques comprenant des chambres froides, des banques réfrigérés et des compresseurs nécessaires à la bonne conservation des aliments sont, en France soumises, à autorisation au titre de la législation des ICPE. Il en est de même pour les stations de distribution de carburant soumises à déclaration en deçà d’un certain débit distribué et d’une autorisation au-delà.

Prévention des risques

La méthode de contrôle dite de Système d’analyse des dangers et de maîtrise des points critiques (HACCP) est une obligation législative européenne dans le secteur de la production et de la distribution alimentaire (ISO 22000).

Responsabilité sociale

En 2007, Le CIES a lancé un programme mondial visant au respect des clauses sociales nommé GSCP (Global Social Compliance Programme). Ce projet incluant les plus grands distributeurs mondiaux mais également des fournisseurs de la grande distribution s’appuie sur les textes internationaux et vise à promouvoir et faire respecter les meilleurs pratiques concernant les questions de santé, sécurité, salaires, travail des enfants et discriminations dans les pays producteurs où les législations font défaut où ne sont pas respectées.

En 2008, l’association de distributeurs, le Food Business Forum (CIES), a prôné le renforcement de la prise en compte du développement durable dans le secteur de la grande distribution « Même si la grande distribution n’est pas la mieux placée pour être à l’avant garde du développement durable, il lui faut quand même agir ».

Pression des consommateurs pour le développement durable

Les notions de « Consom’action » et de « citoyen-consommateur » sont utilisées par certains auteurs pour décrire l’influence de groupe de consommateurs, par leur pouvoir économique, utilisant en plus des caractéristiques influant sur leur propre utilité (prix des biens, qualité, quantité), des critères écologiques ou éthiques comme le bilan-carbone ou la responsabilité sociale des producteurs ou des distributeurs.

Prix de vente aux consommateurs et bilan carbone

Comme toute activité humaine, le secteur de la grande distribution génère des émissions de gaz à effet de serre (transport, commercialisation). Les biens vendus ont des « bilans carbone » (mesure de la quantité d’énergie fossile utilisée pour la production, le transport et la commercialisation) différents en fonction de leurs caractéristiques, de leur mode de production, de la chaîne logistique d’acheminement entre site de production et site de vente (dont l’organisation est réalisée selon le critère de l’optimisation des coûts – des carburants en particulier), du format du point de vente ; et du trajet parcouru par le consommateur. Le bilan carbone n’est pas toujours reflété par son prix.

Certains biens peuvent être échangés internationalement en fonction des avantages compétitifs des économies (du fait de spécialisation, de caractéristiques climatiques, du niveau d’imposition… ), des taux de change nominaux et réels, et des différences de réglementation (règlementation du travail, normes sociales et écologiques, …) entre pays, qui impactent le coût de production des biens. Le bilan carbone d’un article n’est alors pas forcément corrélé au prix de vente, puisque les coûts de transport élevés peuvent être compensés par un moindre prix à l’achat dans le pays producteur.

Position dominante de la grande distribution

Pour de nombreux articles et plus particulièrement dans le secteur alimentaire, la grande distribution exerce une position dominante par rapport aux filières d’approvisionnement. Lorsqu’un nombre restreint d’entreprises constitue le principal débouché de la plus grande partie de ces filières, la forte concentration de la distribution renforce cette domination (surtout dans les pays développés, et de manière croissante dans les pays en développement).

À l’inverse, les petits producteurs et paysans sont très nombreux et souvent victimes de la surproduction. Pour écouler leurs stocks ces petits producteurs sont souvent contraints de se plier aux exigences de la grande distribution ou des industriels de la transformation.

Concurrence transparente

Dans un marché libre, la concurrence fait baisser les prix puisque les acheteurs veulent faire des achats partout où ils peuvent obtenir le meilleur prix.

 

grossistes annonce2

 

shadow FRANCEGROSSISTE

Promotion commerciale

Par wikipedia.org

La promotion commerciale vise à développer les ventes d’un produit sous la forme d’action intensive conduite par l’offreur. L’objectif d’une promotion vise à attirer davantage l’attention du consommateur en s’efforçant de le faire mieux connaître, de le faire mieux apprécier, et de le faire acheter.

Les promotions se répartissent en trois catégories :

  1. la promotion sur les prix (offre spéciale, couponnage, vente à prix coûtant, vente par lot et les soldes) ;
  2. les promotions par objet (prime directe, échantillon, prime différée) ;
  3. la promotion par les jeux (loteries, concours) ou par une animation particulière effectuée par un animateur pour le compte de la marque ou de l’enseigne. Pour ce faire un mécanisme ludique ou une politique de prix promotionnelle (vente flash) sont souvent mis en œuvre.
  4. Ou_jachete_des_produits_moins

Voici les produits moins cher les plus recherchés

  • Console Xbox One le moins cher
    Console Sony Playstation PS4 le moins cher
    Tronconneuse le moins cher
    groupe electrogene le moins cher
    Nettoyeur haute pression le moins cher
    Chaussures Adidas le moins cher
    Chaussures Nike le moins cher
    Bottes femme le moins cher
    Chemise homme le moins cher
    Pantalon femme le moins cher
    Jouet le moins cher
    Jouets Lego le moins cher
    Jouets Playmobil moins cher
    Chauffage le moins cher
    Poele a bois le moins cher
    Canape fixe 3 places le moins cher
    Seche linge le moins cher
    Lave linge le moins cher
    Lave vaisselle le moins cher
    Refrigerateur le moins cher
    Hotte le moins cher
    Cafetiere expresso le moins cher
    Robot de cuisine le moins cher
    Parfum le moins cher
    Ordinateur portable le moins cher
    Tablette tactile le moins cher
    Ipad le moins cher
    Smartphone Samsung le moins cher
    Smartphone le moins cher
    Iphone le moins cher
    Smartphone Meizu le moins cher
    Cle USB le moins cher
    Televiseur le moins cher

La mise en place d’une promotion

La mise en place bien structurée d’une promotion se réalise en 5 étapes :

  1. choix de l’intitulé et de la durée de la promotion ;
  2. choix des articles à promouvoir et du budget requis pour disposer des moyens nécessaires et suffisants propres à obtenir les résultats escomptés ;
  3. mise en place de la promotion en précisant l’emplacement de chaque produit ( une attention particulière au merchandising doit être menée dans le cas de la promotion en libre-service ;
  4. communication autour de la promotion. Prévoir les actions à réaliser (publicité, média, etc) pour toucher le plus grand nombre de clients potentiels quant à la promotion ;
  5. rentabilité de l’action promotionnelle (récapitulatif des dépenses et des recettes prévisionnelles).

Les promotions en tête de gondole doivent être placées suivant certaines règles : la tête de gondole doit être pleine à craquer de marchandises et il ne doit pas y avoir d’espace entre le haut du produit et la planche supérieure car l’impression de masse permet de vendre de façon optimum, les promos doivent être balisées avec des étiquettes promotionnelles qui se démarquent fortement des étiquettes classiques et une affiche doit être placée en haut de la tête de gondole.

Lexique

  • Publicité : ensemble des moyens qui concourent à faire connaître un produit et à inciter à l’acquérir.
  • Promotion des ventes : action sur le réseau de distribution dans les points de vente afin d’accroître les ventes.

La théâtralisation de l’offre

Le but de cette opération est de sortir les magasins de leur seul logique de vente pour en faire des lieux interactifs : faire les courses doit devenir un loisir en lui-même.

Cette mise en œuvre va de l’étude de marché jusqu’au sac des courses que l’on ramène chez soi.

Aujourd’hui, l’opération doit être centrée sur le client, il ne suffit plus d’avoir un beau décor, de faire seulement valoir des arguments de prix, de produit ou de service.

Le client doit ressentir le besoin de « commettre » l’acte d’achat en pénétrant dans le point de vente; l’ambiance du magasin, l’emplacement des produits, la signalétique doit toujours être en harmonie avec la clientèle ciblée.

Créer un univers unique en mettant en œuvre les produits présents en rayon pour attirer le regard des clients, valoriser les linéaires pour inciter à l’achat (privilégier l’allée centrale et les zones de passage des clients). Faire du point de vente un lieu de spectacle et d’authenticité.

L’opération passe principalement par le marchandisage, c’est-à-dire l’ensemble des techniques permettant d’assurer le meilleur écoulement des produits par une adaptation et une présentation des marchandises tenant compte des besoins des consommateurs et de divers éléments de politique commerciale. L’observation des consommateurs en milieu naturel permet de mieux comprendre le déplacement et la circulation d’un consommateur dans un magasin, sa gestuelle devant le produit, etc

Comment Acheter des produits Apple moins cher –
Comment acheter des produits Apple moins chers ? Où ? Le seul endroit où l’on peut acheter un produit Apple à un prix défiant toute concurrence est l’Apple …
Acheter moins cher – Comparateur de prix non biaisé
Guide d’achat comparatif : tous les produits courants disponibles en ligne avec paiement sécurisé.
Acheter moins cher en supermarché sur Francegrossiste.com
› Astuces › Astuces Economiser votre argent › Astuces Courses
Regarde toujours vers le bas des rayons pour profiter des produits au meilleur tarif. … Pour acheter des produits de marques moins chèr qu’en supermarché, …. Acheter moins cher en ligne : astuces – Comment Ça Marche
› E-commerce › Bien acheter en ligne
Acheter moins cher en ligne : astuces. Novembre 2014. A cette occasion, les e-marchands déstockent massivement leurs produits et cassent les prix.
Comment acheter Bio moins cher ?
Il a été montré que les produits Bio sont en moyenne 65% plus chers que les autres. Il existe toutefois des astuces à connaitre pour réduire sa facture.
Acheter des produits bio 2 fois moins cher dans un magasin …

plateforme grossistes

Posted in Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *